AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 grow old together, and die at the same time • « Calie » A. (U.C)

Aller en bas 
AuteurMessage
Calie M. Austen

avatar

▬ NOMBRE DE MESSAGES : 18
▬ AGE EN JEU : vingt-cinq
▬ DO YOU LIKE THE PIRACY : tout le monde devrait avoir une chance d'être aimé...

▄la carte d'identité
● EMPLOI:
● CARNET D'ADRESSE:
● NOTE BOOK:

MessageSujet: grow old together, and die at the same time • « Calie » A. (U.C)   Jeu 25 Juin - 11:29

C a l l i o p e . « Calie » . Marla . AUSTEN
~
press play and listen



    Let's play that game you wanted to play...
    and this time... I'll win !







    He said to lose my life or lose my love,
    That's the nightmare I've been running from.
    So let me hold you in my arms a while,
    I was always careless as a child.
    And there's a part of me that still believes,
    My soul will soar above the trees.
    But a desperate fear flows through my blood,
    That our dead loves buried beneath the mud.

    Let's grow old together,
    And die at the same time.

    - white lies * to lose my life


Dernière édition par Calie M. Austen le Ven 26 Juin - 23:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pridemajestic.e-monsite.com/
Calie M. Austen

avatar

▬ NOMBRE DE MESSAGES : 18
▬ AGE EN JEU : vingt-cinq
▬ DO YOU LIKE THE PIRACY : tout le monde devrait avoir une chance d'être aimé...

▄la carte d'identité
● EMPLOI:
● CARNET D'ADRESSE:
● NOTE BOOK:

MessageSujet: Re: grow old together, and die at the same time • « Calie » A. (U.C)   Jeu 25 Juin - 11:30

    Mr. Brightside, where are you ?
    'cos I need you... now...





    What if I wanted to break
    Laugh it all off in your face
    What would you do ?
    What if I fell to the floor
    Couldn't take all this anymore
    What would you do ?

    Come break me down
    Bury me, bury
    I am finished with you...

    - 30 seconds to mars * the kill


    ▌ hello dear’, are you ready ? •
      prénom(s) & nom de famille : « Ma mère m'a choisit le prénom Calliope qui est le reflet de ce qu'elle a toujours aimé plus que tout : la mythologie grecque. Toute la famille en a pâtit, mon grand-frère hérita du prénom Éros, le dieu de l'amour et du désir, mon petit frère s'appelle Hermès, dieu de la chance, et la petite cadette se nomme Clio, aussi une muse : celle de l'histoire. Moi, je suis la muse de l'éloquence... c'est assez marrant car je suis loin d'être éloquente, je me contente de dire les choses les plus utiles, je n'aime pas parler pour rien dire. Mais en y repensant, c'est vrai que dès que je parle tout le monde m'écoute étrangement, les regards sont fixés sur moi, et je n'ai pas peur, comme si... comme si j'émanais quelque chose de spécial... Mon deuxième prénom est déjà un petit peu plus banal, il parait que c'est mon père qui le choisit : Marla. C'est joli, j'aime beaucoup. Parfois, lorsque l'on me demande comment je m'appelle, je réponds Marla, Marla Austen. Austen comme mon père, normal et Anglais. »
      des surnoms : « Calliope, c'est un petit peu étrange comme prénom, non ? J'ai donc trouvé un surnom que je me suis approprié comme nouveau prénom : Calie. Maintenant, Calliope n'apparait que dans des cas spéciaux ou dire mon vrai prénom est nécessaire, sinon je suis Calie pour tout le monde. Mais, bien sur, à cause de la couleur de mes cheveux, j'ai le droit à l'éternel surnom La Blonde. Personnellement ça ne me gêne pas, je sens cependant lorsque quelqu'un le dit pour rigoler de moi, et ça je ne le supporte pas. »
      son sexe : F
      âge de votre personnage : « Vingt cinq ans, je commence à vieillir hein ? »
      sa date de naissance & son lieu de naissance : « Je suis née un 30 mars, ma mère disait qu'il avait fait épouvantablement mauvais et froid, gentille la mère, hein ? Mais bon, elle a survécut, et c'est tout ce qui compte. Ma mère a accouchée dans le Cheshire, à Crewe. Il y avait une sorte d'hôpital là-bas, ma mère avait absolument voulut y aller, connaissant beaucoup de femmes qui étaient mortes en mettant monde. Cela couta une fortune à mon père, et même si il ne s'en plaignit pas ouvertement, je savais qu'il pensait que tout cela avait été inutile. Mon père déteste le gaspillage. »
      sa nationalité & ses origines : « 100% Anglaise, et j'ai vraiment tout pour l'être : grande et blonde, les anglais sont souvent décris comme ça. Toute ma famille est anglaise, même mes arrières-grands-parents le sont... je crois. »
      son signe astrologique & chinois : « Je ne me suis jamais vraiment intéressée à ce genre de chose, j'aimerais vraiment y croire, mais dès que j'essaye, déjà je ne me rappel jamais comment ça marche et je ne comprends pas, et ensuite il y a tellement de contradictions ! Mais un moment je m'y suis vraiment intéressée, et d'après ce que je me souviens je suis bélier, par contre la signification qu'il y a derrière ça, je ne la connais pas. Le signe chinois c'est déjà autre chose... je ne sais absolument pas, il faudrait que je demande à quelqu'un une fois, apparemment ça peut m'être utile si c'est demandé ici... »
      le groupe sanguin : « O positif je crois. »
      l'état civil : « Célibataire depuis peu, et je dois avouer que j'ai comme l'impression qu'il me manque quelque chose... Depuis que Virgile a été tué, il y a comme une partie de moi qui est partit avec lui, j'ai besoin de lui plus que ce que je pensais... »
      richesse : « Je dois avouer que notre famille est plutôt riche... mais c'est uniquement grâce à mon père et ses import/export de marchandises, il y gagne beaucoup d'après ce qu'il raconte. Ma mère était une simple paysanne et le mariage entre mes parents était un mariage arrangé. A l'époque mon père n'était pas aussi riche, sinon sa famille n'aurait jamais accepté que ma mère épouse mon père. »
      son emploi en date : « Je suis la gouvernante de Miss Truesdall, et j'en suis ravie ! *rire* »
      est-il pour ou contre la piraterie :« Je ne suis ni pour ni contre, ces gens font parfois des choses affreuses et doivent être punis, mais il y a de bons pirates, des gens qui ne méritent pas la corde au cou. Il y a les bons et les mauvais pirates, et je ne comprends pas qu'on puisse les mettre dans le même paquet... Il faut leur laisser une chance de pouvoir se rattraper, pouvoir leur donner l'opportunité de tout recommencer à zéro. »


Dernière édition par Calie M. Austen le Jeu 25 Juin - 14:00, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pridemajestic.e-monsite.com/
Calie M. Austen

avatar

▬ NOMBRE DE MESSAGES : 18
▬ AGE EN JEU : vingt-cinq
▬ DO YOU LIKE THE PIRACY : tout le monde devrait avoir une chance d'être aimé...

▄la carte d'identité
● EMPLOI:
● CARNET D'ADRESSE:
● NOTE BOOK:

MessageSujet: Re: grow old together, and die at the same time • « Calie » A. (U.C)   Jeu 25 Juin - 11:31

    The most important thing in life is not to be strong
    but to feel strong...





    Hell above and Heaven below
    All the trees are gone
    The rain made such a lovely sound
    To those who are six feet under ground
    The leaves will bury every year
    And no one knows I’m gone

    Live me golden tell me dark
    Hide from Graveyard John
    The moon is full here every night...

    - tom waits * no one knows i'm gone

    ▌ storyboard •


      1 / One day I'll fly away...

      Une porte claqua dans la demeure des Austen. Calliope qui lisait fit un bond sur le canapé, puis elle se leva pour aller voir ce qu’il se passait à côté, dans la salle à manger. Elle savait très bien que dans ces cas la, lorsqu’une porte claquait violemment, une engueulade n’était pas loin… Mais Calie était trop curieuse pour penser aux dangers.
      « Éros, tu sais comme ta mère est têtue, alors lorsqu’elle dit que cette jeune femme est très bien pour toi, c’est qu’elle l’est ! »
      Éros ne semblait cependant pas du même avis, il ne comprenait pas pourquoi il devait avoir un chemin si facilement tracé, droit et facile, nourrit avec les arguments de sa mère et l’argent de son père. Lui, il voulait vivre sa propre vie, la construire, commencer à zéro comme son père et surtout, surtout pas être attardé par une femme à entretenir.
      « Tu ne trouves pas que tu as déjà assez d’argent ? Tu préfères l’argent à ton fils, c’est ça ?
      - Je ne répondrais même pas à cette question. »
      Éros, dieu de l’amour et du désir refuserait une occasion d’avoir une si belle femme tel Miss Bux comme épouse ? La mère du garçon avait vraiment mal choisit son prénom. Calie retint son souffle lorsque Éros s’approcha de leur père, la jeune fille savait de quoi était capable de son frère et s’attendait à tout. Dès l’or elle prépara des plans dans sa tête. Elle se promit d’essayer de calmer la bagarre si jamais ils commençaient à se taper dessus. Elle n’aurait qu’à hurler le nom de Victor, un servant, pour que celui-ci arrive et sache quoi faire. Mais la blonde n’eut pas à utiliser ce recours.
      « Tu me fais honte papa, j’aurais même préféré être né d’un pirate, sur un bateau en pleine mer. »
      Et il s’en alla, emmenant toute sa rage avec lui pour la déverser sur tous les objets qu’il pourra rencontrer une fois dans sa chambre. Leur père tourna la tête de mépris et aperçut Calie. La blonde soutint son regard et put apercevoir la tristesse dans les yeux de son père. Elle voulut le retenir lorsqu’il s’en alla, la tête basse, mais, bizarrement, elle était figée sur place. La blonde n’avait jamais vue son père triste comme cela.

      Sans même avoir été invitée à entrer, la sœur d’Éros entra en trombe dans sa chambre, haletante.

      « Éros, je veux partir avec toi ! »
      Le jeune homme regarda sa sœur d’un regard dubitatif, il avait stoppé toute activité, et posa délicatement le livre qu’il avait en main et qu’il voulait jeter rageusement sur le sol, sur la table pour se diriger doucement vers sa sœur. Il entoura le jolie visage de la jeune fille de ses mains et la regarda, attendrissant.
      « Calie, tu sais très bien que l’on ne peux pas faire ça… »
      Il avait un sourire sur le visage, mais ses yeux trahissaient son anxiété et son réel désir. Bien sur qu’il voulait partir, qu’il voulait s’enfuir de cet enfer familial ! Calie, avec la conversation qu’avaient eu Éros et son père, comprit que sa place n’était pas non plus d’être tranquillement assise dans un fauteuil à lire ou a tricoter toute la journée avec un mari jamais à la maison et qu’elle n’aimait de toute façon pas. Alors maintenant elle était bien décidée à s’en aller avant que tout cela ne tombe sur elle.
      « Mais, Éros, je sais que c’est ce que tu veux, je sais que tu rêves d’aventures ! Pourquoi attendre ? Pourquoi est-ce que tu hésites, grand frère ? »
      Le regard de Calie était tellement sincère qu’à présent c’est elle qui réconfortait son frère, c’est elle qui prenait les rennes et le faisait changer d’avis
      « Si tu ne veux pas venir, tant pis, mais moi je pars, j’ai déjà fait mes bagages. menaça Calie.
      - D’accord ! D’accord, Calie. On partira tous les deux. Mais il ne faut pas traîner, ok ! Je vais voir Jared ce soir, il pourra peut-être nous emmener jusqu’aux Caraïbes.
      - C’est… c’est vraiment loin !
      - Si tu veux semer le pouvoir de notre père, il faut aller le plus loin possible… Viens, tu vas m’aider à préparer mes affaires… »



      2 / Slide away...

      « Redressez cette voile ! Non, non, attachez ça là ! Eh, toi ! Qu’est-ce que tu fiches ?! »

      Calie fut réveillée, nauséeuse. Elle cligna des yeux, la jeune fille ne se sentait vraiment pas bien, et les agitations sur le pont n’allaient pas arranger les choses. Pressant sa main sur son front, la blonde tenta de se lever. Le navire tangua violemment et elle dut se rattraper au petit bureau qu’il y avait dans sa chambre, prenant le dossier de la chaise dans le ventre. Il lui fallut cinq bonnes minutes pour se remettre de ses émotions et se décider à sortir pour voir ce qu’il se passait.

      Ils essuyaient une grosse tempête. Les matelots faisaient des pieds et des mains pour qu’au moins le navire ne coule pas, mais les vagues se déversaient sur le pont, déchirant les voiles et poussant tout par-dessus bord.
      Lorsque Calie émergea des escaliers qui menaient aux cabines, elle était déjà toute mouillée. Le ciel était noir de nuages et crachait une pluie épaisse qui, selon Calie, n’allait jamais se dissiper. Elle cherchait la boule jaune, le soleil, à travers les nuages lorsqu’on son frère arriva. Ils devaient crier pour se faire entendre, car des éclairs s’étaient rejoints à la danse.

      « Calie ! Tu ne devrais pas rester ici, c’est dangereux ! »
      Une grosse vague s’écrasa sur Calie et Éros, il dut attraper sa sœur par la taille pour ne pas que la vague l’emporte avec elle dans la mer.
      « Retourne dans ta cabine ! » ordonna Éros.
      Calliope secoua la tête, faisant coller ses cheveux contre ses joues.
      « Je veux aider ! Cette tempête ne s’en ira pas avant un moment, et je suis sur que je peux aider ! »
      Un nouvel éclair la fit sursauter.
      « Éros ! Viens m’aider, les vagues vont arracher le mat si on ne fait rien ! »
      Jared tirait vainement sur une corde. Les vagues le poussaient toujours plus en avant, rendant son travail complètement inutile.
      Éros posa son regard sur sa sœur.

      « Retourne dans ta cabine, Calie !
      - Éros, s’il te plait…
      - Calie ! Tout de suite ! »
      Il avait été tellement menaçant que Calliope n’eut pas le choix. Elle descendit doucement les marches glissantes alors que son frère rejoignait Jared pour l’aider. La blonde arrêta sa marche à la moitié du petit escalier, regarda en arrière, suivit une grosse vague se déferlant sur le pont des yeux et remonta l’escalier en courant.
      Elle savait qu’elle pouvait aider, mais elle ne savait pas comment.

      « Eh, toi ! Viens par ici ! »
      Calie tourna la tête, un jeune matelot retenait un canon qui s’était détaché. Les vagues le poussaient toujours plus vers le bord. C’était sa chance ! Calliope alla en courant vers lui, retenant le canon avec le marin.
      « Il faut que tu l’attaches au bastingage ou on passera tous les deux par-dessus bord ! »
      Calie s’exécuta, contourna le canon et tenta de l’attacher.
      « La corde est trop courte ! »
      Le marin fit tout ce qu’il pouvait pour pousser le canon un peu plus en avant alors que Calie tirait sur la corde pour pouvoir la faire passer autour de l’anneau et l’attacher solidement. Une vague les aida et Calliope enroula plusieurs fois la corde pour suivre avec trois gros nœuds.
      « C’est bon !
      - Bien joué ! »
      Le marin s’était redressé pour reprendre son souffle, Calie fit de même. La blonde aperçut son frère, furieux, qui la regardait de l’autre côté du navire. Tout en marchant vers elle, il lui cria :
      « Je t’avais dit de retourner dans ta cabine ! »
      Calie ne faisait plus attention à ce qui l’entourait, elle ne pensait qu’à ce qu’il allait lui faire.
      « ATTENTION ! »
      Calie se tourna vers Jared qui venait de crier, puis elle fut projetée en arrière par une grosse vague. Son dos se cogna contre le bastingage puis elle bascula hors du bateau. Tout le monde s’était précipité vers elle, ils se tenaient à présent au bord du bateau, scrutant l’océan agité. Éros paniqua et voulut se jeter dans l’eau pour aller chercher sa sœur, mais Jared le retint de son bras.
      « Tu ne feras que te noyer, c’est trop dangereux !
      - C’est ma sœur ! »
      Jared baissa les yeux, mais ne retira pas son bras. Il regarda le jeune matelot qui, lui aussi, était effrayé.
      « Va nous chercher une corde ! »
      Mais ils savaient tous les deux que ça n’allait pas marcher, Éros plus que tout le monde. Il regarda Jared profondément dans les yeux.
      « Elle ne sait pas nager… »

      Il n’y avait plus aucun bruit, mais quelque chose de froid glissait sur sa peau. Calie se réveilla et découvrit qu’elle était entrain de couler au fond de l’océan. Alors qu’elle ouvrit la bouche pour crier, l’eau froide y entra, consumant le dernier souffle d’air qu’il lui restait. Elle perdait une nouvelle fois conscience lorsqu’elle aperçut un visage devant elle qui lui sourit, un visage immobile, une femme aux yeux bleus qui la fixait. La femme fit un grand mouvement et elle sentit une force la poussée vers le haut alors qu’elle tombait dans le noir de l’inconscience.


Dernière édition par Calie M. Austen le Ven 26 Juin - 23:02, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pridemajestic.e-monsite.com/
Calie M. Austen

avatar

▬ NOMBRE DE MESSAGES : 18
▬ AGE EN JEU : vingt-cinq
▬ DO YOU LIKE THE PIRACY : tout le monde devrait avoir une chance d'être aimé...

▄la carte d'identité
● EMPLOI:
● CARNET D'ADRESSE:
● NOTE BOOK:

MessageSujet: Re: grow old together, and die at the same time • « Calie » A. (U.C)   Jeu 25 Juin - 11:32

      3 / Personal Jesus...

      « Yo-ho
      Haul together...

      - Hoist the colours high
      Heave-ho
      Thieves and beggars
      Never shall we die !
      »
      Des rires remplacèrent le silence qu’elle avait pu entendre auparavant dans ce qu’il lui avait semblé être le fin fond des océans. Calie se leva en sursaut lorsqu’elle entendit le son d’une balle qui venait d’être tiré tout près, il faisait nuit. Elle toussa et cracha de l’eau. Sa respiration était saccadée, sa tête lui tournait. Elle n’avait aucune idée d’où elle pouvait être, ni de comment elle avait pu atterrir ici.
      Elle était assise au bord d’une plage, sur du sable, et elle avait froid. Calie entoura ses genoux de ses mains, elle tremblait. Tout lui était revenu à présent, elle était sous le choc et plusieurs pensées mélangées traversèrent son esprit. Elle se demandait ce que Jared et son frère étaient devenus, s’ils allaient bien
      Lorsqu’elle décida enfin de se lever pour découvrir où est-ce qu’elle avait atterri, un petit groupe de gars baraqués et saoul arrivait à ce que Calie appellerait finalement un port. Mais la blonde n’y fit pas attention, elle observait les quais et les bâtiments qui y étaient attachés. D’énormes navires avec de grandes voiles bougeaient au rythme des ondulations de l’eau, Calie était impressionnée.
      Heureusement pour elle, elle décida de prendre une rue qui émanait une étrange fumée qui sentait le poulet grillé lorsqu’elle allait justement rencontrer le groupe. Calie ouvrait de grands yeux devant les scènes qui se jouaient devant elle. Avant de tourner à l’angle de la petite rue qu’elle avait prit, tout était calme et noir, mais la rue qu’elle prit ensuite lui fit découvrir toute la vie qui se cachait derrière les maisons grises en briques.
      Elle était dans un repère de pirates, ça, il n’y avait aucun doute. Ainsi elle voyait devant elle ce qu’elle avait jusqu’à aujourd’hui seulement pu imaginer en lisant des livres. Si elle n’avait pas peur de ce que le mot pirate signifiait, elle aurait certainement esquissé un sourire. Tout était vrai, ils buvaient tous, tiraient avec leurs pistolets à tords et à travers et étaient accompagnés de putains.
      Et ils étaient capables de tout.
      Calie baissa les yeux et marcha d’un pas déterminé vers la taverne qui faisait l’angle de la petite place.
      En y entrant, elle faillit se prendre une balle qui ne lui était pas destiné, et, en traversant la taverne pour trouver un endroit moins fréquenté, elle fut impliqué dans une bagarre où elle dut s’accroupir et marcher à quatre pattes pour s’en sortir. Haletante, elle s’assit au bar sans vraiment savoir pourquoi de ce côté il n’y avait plus personne.
      Elle resta là un moment, reprenant son souffle, arrangeant ses cheveux qui lui collaient encore aux joues, espérant que le barman ne viendrait pas l’embêter. Mais il se dirigea vers elle, un verre d’elle ne savait quoi dans la main, rigolant encore d’une histoire qu’un pirate venait de lui raconter.

      « Tiens ma jolie, y’a le p’tit gars là-bas qui t’offre un verre ! »
      Il déposa le verre qu’il avait dans la main, en attrapa un autre, sale, qui traînait dans le coin de Calie, puis repartit. Calliope regarda tout d’abord le verre, si elle avait été seule elle aurait certainement déjà mit le nez dedans pour savoir qu’elle odeur la mixture brune avait, mais elle se sentait observée. Elle savait que celui qui lui avait offert ce verre n’était pas loin, et elle savait aussi qu’il n’allait pas tout simplement la faire boire et la laisser tranquille. Aussi la blonde se dit que la meilleur chose à faire était de se retourner et de faire face à ce mystérieux p’tit gars. Elle fut heureuse de découvrir que ce n’était pas une armoire à glace sanguinaire et mal propre comme tous les hommes qu’elle avait croisés jusqu’ici. Il avait même un charmant sourire aux lèvres et de beaux yeux bleus sincères selon Calie. Elle n’hésita donc pas à lui rendre son sourire, mais celui-ci finit en une étrange grimace lorsqu’il se leva de sa table, lui et son verre, pour venir la rejoindre.
      « Hey !
      - Hey… »
      Calie ne le regardait plus dans les yeux mais s’était plongée dans le liquide de son verre qui ondulait à cause de ses doigts frémissants autour.
      « Je ne t’ai jamais vu à Tortuga… ça fait longtemps que tu es ici ? »
      Cette fois, elle se tenta à la regarder. Elle se plongea dans ses yeux pour essayer de voir en lui, mais ses yeux… ils étaient tellement envoûtants que lorsqu’elle reprit ses esprits pour répondre, elle replongea vivement dans son verre et bégaya bêtement :
      « Euh, n… non… »
      Elle cligna plusieurs fois des yeux et secoua doucement la tête, puis continua en rigolant :
      « Bon, ça va vous paraître dingue… mais… on essuyait une tempête, mon frère et moi, une vague m’a projeté par-dessus bord et… pouf ! me voila ! »
      Silence. Calie recommença à tripoter son verre.
      « Vous ne buvez pas ? »
      Aïe, la question qu’il ne fallait pas prononcer… Calie sourit jaune avant d’attraper fermement le verre, de l’apporter nerveusement à ses lèvres et de boire le liquide cul sec. Elle reposa violemment le verre sur le bar et toussa d’une toux qu’elle aurait espéré pouvoir retenir. Alors qu’elle reprenait son souffle, elle remarqua que le jeune homme avait posé sa main sur son dos et la regardait avec un sourire qui retenait un rire.
      « Ca va ?
      - Oh, ouais ! Super ! » répondit-elle d’une voix cassée.
      Et puis elle rit, espérant entendre son rire à lui, mais il se contenta simplement d’élargir son sourire.

      « C’était comment ?
      - Ma foi… pas mal ! »
      Et il recommanda la même chose.

      « Voila… voila… Attention à la… poutre… »
      Mais Calie eut beau se prendre une poutre en pleine tête, elle riait joyeusement, saoul, pendue aux bras du jeune homme dont elle ne connaissait toujours pas le nom.
      Il ouvrit la porte d’une des chambres de la taverne et déposa Calie sur l’unique petit lit de la pièce. Tout d’un coup, Calie prit un air grave.

      « Hey mais non ! Je ne veux pas aller au lit, moi ! »
      Puis elle recommença à rire, prétendant que lorsqu’il essayait de la retenir dans le lit, cela la chatouillait.
      La blonde se calma finalement, et le jeune homme put glisser la couverture sur elle. Il tira ensuite une chaise près du lit, et s’assit au chevet de la jeune fille.

      « Eh ! Je ne connais même pas ton prénom… »
      Il sourit.
      « Bastien.
      - C’est un joli prénom… Mais ! Mais pourquoi tu prends tellement soin de moi, Bastien ? »
      Silence. Ils se regardaient dans les yeux, Bastien hésitait à répondre.
      « Parce que je te connais… »


      4 / Deep blue...

      Calie se tenait droite, les bras écartés, au bord d’une falaise. Elle aimait écouter le son des vagues s’écrasant contre les rochers, sentir le souffle du vent dans ses cheveux et avoir ce sentiment d’extrême paix en elle. Elle fermait les yeux. La blonde se serait facilement laissée aller en avant, tenter de voler, si quelqu’un ne l’avait pas interpellé.
      « Tu te crois forte… mais tu ne l’est pas… Calliope. »
      Elle ouvrit vivement les yeux et se retourna, croyant entendre une voix familière. Mais c’était un loup au pelage blanc qui l’observait. Il ne semblait pas méchant, mais Calie fit un pas en arrière.
      « Pas assez forte pour le sauver... »
      Le loup n’avait pas bougé et la fixait toujours, sa gueule était close, et Calie sentit que la voix était dans sa tête. Elle regarda plus attentivement la bête, ces yeux étaient d’un bleu profond et envoûtant. Après un léger signe de la tête, le loup fit demi-tour et s’en alla. Calie aurait voulut lui crier de l’attendre, mais lorsqu’elle ouvrit la bouche aucun son n’en sortit. Le loup disparut dans un brouillard qui n‘était pas là avant. Calie ne voyait plus l’horizon, le brouillard s’épaississait et elle ne voyait bientôt plus ses pieds. Tout d’un coup elle se sentit tomber de haut et elle recouvrit sa voix pour crier de tout ses poumons.

      Lorsque ses yeux s’ouvrirent vivement elle fut éblouie par le soleil matinal qui traversait la vitre de l’unique fenêtre de la petite chambre. Sa gorge lui brûlait atrocement, aussi elle posa sa main sur son cou comme pour atténuer la douleur.

      « Est-ce que ça va ? »
      Un jeune homme se tenait à la poignée de la porte, il était sûrement entré en entendant Calie crier depuis le couloir. La blonde tira la couverture un peu plus sur elle avant de remarquer qu’elle était en fait habillée.
      « Euh… oui, je vais bien… merci ? »
      Elle ne comprit pas pourquoi il entra, referma soigneusement la porte et alla s’installer sur la chaise près d’elle. Calie était méfiante, mais que lui voulait-il ?
      Puis elle regarda dans ses yeux. Des yeux bleus, profonds et envoûtants. Calie fronça les sourcils, puis cligna des yeux pour chasser l’étrange pensée qui émergea dans sa tête.

      « Qui êtes-vous ? » demanda-t-elle, froide.
      Le garçon sourit jaune, s’approcha un peu plus alors que Calie reculait, puis il répondit :

      « Mais… c’est moi… Bastien ! »
      Calliope ne connaissait aucun Bastien. Elle essaya d’adopter le regard le plus méchant du monde, mais ça devait être une sorte de grimace. Aussi elle décida de se lever.
      « Ecoutez, je ne vous connais pas ! » répondit-elle en enfilant ses chaussures.
      Elle voulut partir, mais Bastien se leva et essaya de la retenir.

      « Attends…
      - Lâchez moi ! Ne me touchez pas ! »
      Lorsqu’elle réussit à se détacher de l’étreinte de Bastien, elle se rua dans le couloir, dévala les escaliers et sortit de la taverne sous les cris du barman qui demandait de l’argent. Inutile cependant de se retourner pour deviner que Bastien était juste derrière elle à ses trousses.
      Calie ne se souvenait plus de sa soirée arrosée, mais elle se souvenait de son naufrage.
      La blonde se dirigea en courant vers le port, traversa un pont de tout son long et se cacha derrière de grosses caisses en bois. En regardant autour d’elle elle remarqua qu’un énorme navire était amarré derrière elle et la blonde n’hésita pas à monter clandestinement à son bord lorsque la voie lui sembla libre. Elle se cacha dans un petit compartiment couvert d’un drap où les marins rangeaient certainement leur convoi. Et, plus vite qu’elle ne le pensait, le bateau partit.



      5 /

      Dans sa cachette, Calie essayait tant bien que mal de se décontracter. Mais elle avait un mal de tête qui ne cessait d’empirer avec les cris incessant du capitaine du navire. Sa voix grave et puissante lui donnait la chaire de poule et elle regrettait d’être montée sur ce navire. Cela faisait maintenant plusieurs jours qu’ils naviguaient, et la blonde avait l’impression que ce bonhomme à grosse voix ne s’était jamais arrêté de crier. Calliope devait se maîtriser pour ne pas sortir de sa cachette et observer les scènes d’engueulade. Mais elle ne bougeait pas, tiraillée par la faim. Elle savait que la meilleure chose à faire pour oublier sa condition miséreuse en ce moment serait de dormir, mais dès qu’elle fermait les yeux, le loup blanc aux yeux bleus revenait lui parler et lui répéter qu’elle était faible…

      Le troisième jour sur le navire s’achevait dans quelques heures. C’est uniquement la nuit que Calie pouvait trouver un peu de paix, le capitaine n’était pas là pour cirer et devait sûrement dormir. Aussi, elle essayait de profiter un maximum de ce calme, mais elle avait tellement faim qu’un peu de cris à écouter aurait été une bonne chose pour se distraire. Elle essaya alors de penser pour oublier sa faim. Elle pensa à son frère et à son sourire qui lui manquait, aux conseils avisés de Jared dont elle aurait bien eu besoin en ce moment. Elle esquissa même un petit sourire en pensant à toutes les conneries qu’ils avaient faites Éros, Jared et elle, Éros avec sa débrouillardise, Jared avec son intelligence, et Calie avec sa curiosité et son courage, ils formaient une bonne équipe... même si Calie se rendait compte qu’elle avait souvent été servit comme appas… Et, tout d’un coup, même sa faim fut coupée…

      « Hey, toi, là-dedans… toujours en vie ? »
      Calie ne bougea plus, ne pensa plus...
      « Allez, je sais que tu es là dedans ! »
      Et un jeune homme souleva le tissu qui cachait Calie. Il avait un grand sourire sur les lèvres, la blonde ne savait pas encore comment l'interpréter. Est-ce qu'il souriait en pensant à ce qu'il allait lui faire, ou tout simplement pour sembler amical ?
      « C... comment vous m'avez trouvé ? réussit-elle à dire.
      - On a de la malchance depuis qu'on est parti de Tortuga... et les femmes portent malchance en mer... Oh, et puis tu parlais en dormant... »
      Nouveau sourire. Calie tenta de faire de même, mais elle pensait trop à ce qu'il allait lui faire. Et qu'est-ce qu'elle avait bien pu dire pendant son sommeil ?
      « Allez, sors de là... je suis sur que tu meurs de faim ! »
      Mais Calie ne bougeait toujours pas. Le jeune homme lui tendit une main secourable et continua :
      « Ne t'inquiète pas, le capitaine n'est pas si méchant qu'il en a l'air. »


Dernière édition par Calie M. Austen le Mar 30 Juin - 12:45, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pridemajestic.e-monsite.com/
Calie M. Austen

avatar

▬ NOMBRE DE MESSAGES : 18
▬ AGE EN JEU : vingt-cinq
▬ DO YOU LIKE THE PIRACY : tout le monde devrait avoir une chance d'être aimé...

▄la carte d'identité
● EMPLOI:
● CARNET D'ADRESSE:
● NOTE BOOK:

MessageSujet: Re: grow old together, and die at the same time • « Calie » A. (U.C)   Ven 26 Juin - 23:03

    ▌ et derrière l’écran •
      pseudo ou nom : Blackberry
      ton âge : 16 poires
      ta célébrité : Emilie de Ravin <3
      texte voulu en rang sous le pseudo : je te laisse choisir petite vipère ! ;P
      comment tu as connu le forum ? par l'ancien
      et comment tu le trouves ? : beaucoup mieux que les deux autres ! ;D
      magic's code : « Validé by Charles! »
      un dernier mot hein ? *tape huit, tape huit, tape huit* ALLER LA VIPÈRE !! XD


    credits ; http://community.livejournal.com/splashesoflove/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pridemajestic.e-monsite.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: grow old together, and die at the same time • « Calie » A. (U.C)   

Revenir en haut Aller en bas
 
grow old together, and die at the same time • « Calie » A. (U.C)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fan-fiction] Warriors of Time / Les Guerriers du Temps
» [Stop-Motion] KOPAKA Corporation : Time to Redemption
» Time-Reborn, Pandawa feu. [Niveau 108]
» [i]Mahjong time[/i], besoin d'aide pour débutant !!
» Yub Nub !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REBELLION AND CONQUEST :: 
on est là pour débuter en règle
 :: 
yo oh, oh, une vie de pirate pour moi
 :: « under construction; with you? »
-
Sauter vers: